Mon discours d’acceptation du Prix d’Excellence de l’ALQ 2022

Mon discours d’acceptation du Prix d’Excellence de l’ALQ 2022

Beaucoup de personnes présentes au Gala du Prix des libraires dans lequel j’ai eu l’honneur de recevoir le Prix d’Excellence de l’ALQ, m’ont dit avoir été touché par le discours que j’ai prononcé. Je vous le partage ici car je désire souligner toutes ces personnes qui ont marquées mon parcours de libraire et d’être humain !  

(c) SODEC / LinkedIn

Madame la ministre, chers collègues-libraires, auteurs et autrices, éditeurs, éditrices , amis, et vous tous présents, merci .

 Je voudrais d’abord remercier l’ALQ et les membres du jury pour cette nomination et de me remettre ce prix prestigieux ! 

J’ai reçu l’annonce de ma nomination comme une belle preuve de reconnaissance de la part de mes pairs, mais aussi du milieu littéraire québécois ! Je ne fais pas ce métier pour gagner un prix, mais, savoir que l’on apprécie ce que l’on fait, en plus de permettre une plus grande visibilité au métier de libraire, c’est la plus belle des récompenses! 

Reconnaissance qui a déjà salué le talent et la passion de grandes et grands libraires d’ici, qui m’ont inspiré à être meilleur, à toujours me dépasser…

 Être libraire, ce que je suis depuis plus de 12 ans, est le plus beau des métiers! Imaginez : guider des gens qui vous demandent conseil, les divertir, leur faire oublier leurs soucis, les instruire, les guider… les rendre heureux! 

Je me souviens de ma première journée en tant que libraire. Je me suis vraiment demandé à ce moment: “ mais où étais-je tout ce temps-là ? ” Cela a été une véritable révélation! Ce qu’il me plait le plus dans mon métier c’est de créer un lien spécial avec une lectrice ou un lecteur. Lien qui va faire en sorte qu’elle ou il soit à même revenir me voir et me dire qu’elle ou il a aimé ce que je lui ai recommandé. 

Quel bonheur de faire découvrir la poésie de David à Goudreault , la tendresse de Marie-Renée Lavoie, la candeur de Caroline Dawson, l’onirisme de Mathias Malzieu, la pertinence d’Herve Guibert, la justesse d’Abdellah Taia, l’humanisme de Joséphine Bacon , la finesse de Michèle plomer, le charme de Kim Thuy, la verve de Dany Laferrière, l’élégance d’Audrey Wilhelmy, la singularité de Karoline Georges, la faste d’Eric Dupont, la maîtrise de Michel Jean, la brillance de Simon Boulerice, la liberté d’Antoine Charbonneau-Demers , le talent brut de Kevin Lambert, l’authenticité de Simon Roy, la fougue de Rodney St-Eloi, ou bien l’œuvre fondamentale de Michel Tremblay, la justesse de catherine Mavrikakis… et qui encore ?

Je sais que j’oublie quelqu’un, mais ça sera au tour de votre librairie de vous les faire rencontrer. C’est ce que j’aime le plus , faire le tour de nos rayons avec tous ces autrices et ces auteurs qui attendent simplement que nous ouvrions les pages de leurs œuvres aux lecteurs. 

Réaliser que l’on vient peut-être de créer une rencontre qui pourrait être le début d’une belle aventure ou d’un moment marquant dans la vie d’un lecteur ! 

Ce travail me permet de créer des liens avec les autrices, les auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, communicateurs et autres maillons de cette belle chaîne du livre au Québec et même d’ailleurs. C’est un privilège d’en faire partie! 

Dans un contexte où il y a moins de place pour la littérature dans les médias depuis quelques années, et ce, malgré le fait que la vente de livres est heureusement, toujours en augmentation même pendant une pandémie, je vois encore plus l’importance de notre métier afin de proposer des choix pertinents aux lecteurs et lectrices. Ceux-ci ont découvert la valeur primaire d’un ou une libraire : il ou elle est une personne , avec un cerveau, avec des compétences et un savoir-faire, qui remplace encore avantageusement un ordinateur et autres algorithmes! 

La littérature, elle a ceci de spécial : elle peut toujours nous surprendre, et souvent, elle provient de livres dont on ne soupçonnait pas son attrait! Et c’est comme ça qu’on réussit, comme libraire, à jouer un rôle important pour les auteurs et les autrices. 

Finalement, j’aimerais rendre hommage à quelques-unes de ses personnes qui ont marqué mon parcours de libraire : merci: Lucie Lachapelle, Manon Trépanier, Caroline Legal, Marie Hélène Vaugois, Richard Prieur, Ariane Herman et Dominique Janelle, Louis Gagné, Anne-Marie Genest, Denis Gamache… Mes collègues de chez Archambault Capitale et Vieux Québec, le réseau COOPSCO, mes collègues à la librairie Verdun, Merci à l’équipe de TVR9 MATV de votre confiance pour notre émission de télévision “Paroles d’auteurs”. 

Merci chers collègues libraires de partout, au Québec et ailleurs, poursuivez ce beau travail. Merci aux auteurs et autrices, éditeurs, éditrices, représentants, et vous tous qui faites partie de cette belle grande famille littéraire.

Merci à mes fidèles clients-lecteurs à la librairie et même d’un peu partout dans la francophonie… Merci à ma famille, mes amis… 

Merci à vous tous d’avoir fait de moi, cette personne que je suis aujourd’hui , et qui , bien humblement , reçoit ce prix prestigieux ! 

Merci !

 Vive la littérature d’ici et d’ailleurs, longue vie aux libraires !

Les commentaires sont clos.