Un hommage vibrant à sa mère et au courage des femmes haïtiennes.

Poète d’une grande élégance, Rodney Saint-Éloi fait toujours place aux voix de femmes dans son œuvre. De la mort de sa mère, premier amour, premier ancrage, premier exil, il tire un formidable récit.

Tandis que les gens affluent à l’église pour rendre un dernier hommage à Bertha, son fils décrit ce qu’il y voit et entend, égrenant un chapelet de scènes comme autant d’instantanés d’une beauté émouvante. En contrepoint, les conversations secrètes qu’il entreprend avec sa mère, envolées poétiques auxquelles se mêle la petite musique des souvenirs : les années d’enfance au « pays-­pourri », les départs douloureux et l’errance, elle à New York, lui à Montréal. De ce récit émerge le portrait d’une femme passionnée et généreuse. Se dévoile en filigrane le visage du fils.

Connu du milieu littéraire comme poète et éditeur engagé, Rodney Saint-Éloi témoigne ici d’une vie pleine et entière comme si on y était à chaque instant. On rencontre dans ce bel ouvrage les hommes que Bertha a aimés, ses amies, ses enfants, ses voisines… On la voit travailler, chanter, raconter ses légendes, danser, rire, cuisiner, pleurer, espérer, prier, aimer, habiter l’Amérique, et décrier la dictature, la corruption, l’injustice, la misère, le racisme. Quand il fait triste Bertha chante : un hommage vibrant à la mère et au courage des femmes haïtiennes.

Né à Cavaillon (Haïti), Rodney Saint-Éloi est l’auteur d’une quinzaine de livres de poésie, dont Je suis la fille du baobab brûlé (2015, finaliste au prix des Libraires, finaliste au Prix du Gouverneur général), Jacques Roche, je t’écris cette lettre (2013, finaliste au Prix du Gouverneur général). Il dirige plusieurs anthologies. Il a publié Haïti Kenbe la ! en 2010 chez Michel Lafon (préface de Yasmina Khadra), puis Passion Haïti, en 2016 à Montréal et en 2019 à Paris. Pour la scène, il a réalisé plusieurs spectacles, dont Les Bruits du monde, les Cabarets Roumain, Senghor, Césaire, Frankétienne. Lui a été décerné le prestigieux prix Charles-Biddle en 2012. Il a été reçu en 2015 à l’Académie des lettres du Québec, promu compagnon des arts et des lettres du Conseil des Arts du Canada, en 2019. Il dirige la maison d’édition Mémoire d’encrier qu’il a fondée en 2003 à Montréal.


le_vecteur
contact@levecteur.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *