Chaque mois, je vais choisir une nouvelle parution qui mérite votre attention par sa qualité littéraire, son originalité et son potentiel à se retrouver entre toutes les mains. Une lecture incontournable !

J’ai tout mis dans des boîtes à chaussures que j’ai été porter dans la cour. J’ai imbibé le carton de combustible à fondue et j’ai allumé. Le feu a été long. En voyant les couleurs qui montaient du bûcher, mes yeux se sont embués. Ce bleu-vert qui fendait l’air, était-ce le polaroid de ma confirmation? Quelle fête ancienne expirait de ce grésillement? J’avais la gorge serrée: je tuais quelque chose. Je pleurais mes traces.

Un collectionneur passionné de bandes dessinées se voit menacé d’éviction par son propriétaire, car son appartement, encombré d’innombrables albums, est réputé insalubre. Au moment où il prend sa retraite de l’enseignement, un homme est amené à réexaminer un épisode mystérieux de son enfance et se rend compte, à un demi-siècle de distance, qu’il a sans doute été témoin d’un meurtre. Un vieil acteur argentin, jadis célèbre, en tournage au Québec dans une coproduction internationale, confie à son chauffeur combien il trouve scandaleux, à son âge, de devoir gagner sa vie en faisant semblant d’être quelqu’un d’autre. Au cours d’une retraite dans un monastère, un homme renoue avec un oncle qu’il avait depuis longtemps perdu de vue et qui s’est récemment mis en ménage avec une toute jeune femme, qu’il appelle « sa fille ». Un homme, à qui on a diagnostiqué un cancer, ne lui donnant plus que deux mois à vivre, brûle tous ses souvenirs et achète un aller simple pour le Cambodge.

Dans chacune des nouvelles de ce recueil, il y a un personnage qui prend conscience que sa vie est finie, comme on le dit d’un ensemble fini. Que faire du temps qui reste, alors? Que faire de soi? Des objets qu’on a accumulés et qui seraient la seule trace de notre passage sur terre? À qui se donner?

La prose si personnelle de Michael Delisle fait encore une fois merveille pour sonder la profondeur de l’instant en apparence le plus banal, pour éclairer ce qui se cache sous la surface lisse de la vie, pour éclairer le mystère sans jamais lui faire perdre son pouvoir de fascination.

Éditions Boréal

Fidèle à son habitude, ce brillant écrivain ne nous propose rien de moins qu’un parcours aux confins de l’humain et de la finalité de toute chose. Je suis encore ému de cette lecture et d’avoir retrouvé un Michael Delisle au sommet de son art !



Michael Delisle est poète, romancier et nouvelliste. Il est lauréat du prix Émile-Nelligan (Fontainebleau, 1987) et du prix Adrienne-Choquette (Le sort de Fille, 2005). Il a fait paraître au Boréal Tiroir n. 24 (2010), pour lequel il a été finaliste au Prix des Collégiens, Le Feu de mon père (2014), pour lequel il a remporté le Grand Prix du livre de Montréal 2014 en plus d’être finaliste au Prix des libraires du Québec 2015 et Le Palais de la fatigue (2017). Michael Delisle a enseigné la littérature au Cégep du Vieux-Montréal de 1992 à 2020.


Le club de lecture autour de ce livre:

(BIENTÔT!)

le_vecteur
contact@levecteur.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *